IL RESTE QUE 50 JOURS …..POUR UNE ENTENTE ÉQUITABLE

 

 

LUNDI 19 juillet 2021, le SCFP NB, qui représente plus de 28 000 travailleurs, invitait les médias à une conférence de presse virtuelle. Le 19 juillet marque le 50e jour depuis que le SCFP NB a lancé un ultimatum de 100 jours au premier ministre Higgs de régler la crise ouvrière que ses députés et lui-même ont créé. Le syndicat fera le point sur les négociations.

 

Confrères, consoeurs, ami(e)s,

Le SCFP NB, qui représente plus de 28 000 travailleurs au Nouveau-Brunswick, a tenu une CONFÉRENCE DE PRESS (CLIQUER ICI) aujourd’hui. Le syndicat a annoncé que le premier ministre Blaine Higgs n’a toujours pas pris de mesures significatives pour négocier des ententes équitables avec plus de 22 000 membres du SCFP.

Plus de 50 jours se sont écoulés depuis que nous avons posé un ultimatum au premier ministre pour régler la crise du travail que lui et ses députés ont créée. Malheureusement, M. Higgs continue d’acculer les travailleurs au mur. S’il ne fait rien dans les 50 prochains jours, nous serons obligés de tenir des votes de grève à l’échelle de la province.

Sandy Harding, la directrice régionale des Maritimes du SCFP, et moi-même avons rencontré le premier ministre Higgs en juillet. Il n’a pas voulu s’engager à résoudre la crise de recrutement et de rétention dans les services publics, ni reconnaître qu’un salaire ou une rémunération équitable doit faire partie de la solution. Nous avons fait preuve de professionnalisme, de respect et de politesse, et nous avons été très clairs avec lui. Nous lui avons dit que les travailleurs ne sont pas avides ou irresponsables, qu’ils ont travaillé pendant la pandémie et que la plupart d’entre eux n’ont pas eu d’augmentation de salaire équitable depuis de nombreuses années. Nous avons fait savoir à M. Higgs que des zéros pour des héros, c’est inacceptable.

La semaine dernière, les 10 500 membres de la section locale 1252 du SCFP ont tenté d’obtenir une entente équitable par la conciliation. Il était clair que les négociateurs de la province n’étaient pas intéressés par autre chose qu’un gel des salaires. La conciliation est terminée, une impasse sera déclarée dans les prochains jours.

  1. Higgs a jusqu’à la fête du Travail pour résoudre les contrats non réglés. Plus de 19 000 membres du SCFP sont déjà ou seront bientôt en impasse et près de 2 800 autres travailleurs pourraient bientôt se joindre à eux.

Les gouvernements de l’Î.-P.-É. et de la Nouvelle-Écosse ont pu régler les contrats avec les travailleurs sans que personne ne fasse la grève. Une résolution équitable, sans que personne ne soit obligé a faire la grève, c’est ce que nous voulons. Toutefois, si Higgs ne nous laisse pas d’autre choix, nous devons nous préparer à l’action, et ce à l’échelle de la province.

Joignez-vous à moi et signez la pétition pour rappeler à Higgs qu’il doit traiter les travailleurs du secteur public avec respect. Les héros de première ligne méritent mieux que des zéros.

 

« Les infirmières auxiliaires sont aussi des infirmières », selon le Syndicat des travailleurs de la santé

Lundi, la section locale 1252 du SCFP, le syndicat qui représente plus de 9 000 travailleurs de la santé au Nouveau-Brunswick, a tenu une conférence de presse virtuelle pour demander au gouvernement de reconnaître le travail effectué par les infirmières auxiliaires autorisées (IAA)

« Le système de soins de santé repose largement sur les épaules des IAA pour les soins hospitaliers et extra-muraux. Malgré cela, le gouvernement du NB refuse toujours de reconnaître l’importance et la portée de cette profession dans le système de soins de santé aujourd’hui. Nous sommes au bord d’une crise de recrutement et de rétention. Quand-est-ce que le gouvernement reconnaîtra-t-il les changements qui devraient être apportés à leurs salaires et à leurs conditions de travail ? » a demandé Norma Robinson, présidente du Conseil des syndicats hospitaliers du NB (Section locale 1252).   

Le CSHNB a demandé que le gouvernement fasse immédiatement ce qui suit :  

  1. Terminer le processus d’évaluation conjointe des emplois (exigé par le syndicat il y a deux ans) afin que les IAA obtiennent une reconnaissance immédiate de leur salaire ; 
  2. Reconnaître que les IAA du Nouveau-Brunswick devraient avoir le droit d’être appelées infirmières, comme dans toutes les autres provinces canadiennes ; 
  3. Régler les problèmes de recrutement et de rétention en reconnaissant la valeur de leur travail et en les rémunérant en conséquence, comme le font les autres provinces de l’Atlantique ; et 
  4. Abandonner le plan de gel salarial et de mandats de restriction salariale pour à tous les travailleurs du secteur public. Higgs devrait se présenter à la table des négociations avec une augmentation de salaire respectueuse pour tous les travailleurs de la santé, car les « zéros » qu’il leur promet sont un manque de respect total envers ceux et celles qu’il appelle pourtant les « héros de première ligne ». 

Les IAA sont des infirmières de première ligne que les patients voient tous les jours dans les hôpitaux. Elles sont responsables de la gestion des plans de soins aux patients. Aujourd’hui, elles travaillent en collaboration avec les infirmières et les médecins pour faire bien plus que des soins de base aux patients. Le SCFP 1252 note que le champ de pratique des IAA est à 90 % celui d’une infirmière autorisée au Nouveau-Brunswick, mais que les IAA ne gagnent que 64 % du salaire horaire d’une infirmière autorisée. 

« Malgré l’augmentation des exigences en matière de travail, de compétences et de formation, malgré les pressions exercées par la COVID-19 sur les IAA, le gouvernement du Nouveau-Brunswick n’a rien fait pour ajuster ce qui est le pire des régimes de rémunération et de reconnaissance des IAA dans toutes les provinces de l’Atlantique. Les IAA du Nouveau-Brunswick gagnent en moyenne 14 % de moins que les IAA de l’Î.-P.-É., de la N.-É. et de T.-N.-L. », dénonce-t-elle.  

« Récemment, les IAA ont fait part de leurs inquiétudes aux médias, sur la façon dont il pourrait y avoir un exode des travailleurs si rien n’est fait, et je suis d’accord : si le gouvernement n’agit pas, la situation va s’aggraver », a ajouté Norma Robinson. 

Au cours de la conférence de presse, Mme Robinson a condamné la stratégie actuelle de « diviser pour mieux régner » utilisée par les politiciens et les rédacteurs de journaux de Brunswick News pour tromper les travailleurs et les amener à blâmer leurs syndicats pour les mauvaises conditions de travail.  « Soyons clairs, la direction et le gouvernement décident des conditions de travail, et les syndicats font pression pendant les négociations pour obtenir l’équité et la reconnaissance de tous. Mais avec le plan de gel des salaires de Higgs, ils ne laissent aucune place à la négociation de bonne foi et à l’équité pour les IAA », a déclaré Mme Robinson.  

« Les travailleurs sont poussés au maximum, ce plan de gel des salaires est une bombe à retardement. Les IAA sont épuisées et ont assez attendu. Nous invitons tous nos membres à pousser le gouvernement à sortir de son inaction », a conclu M. Robinson.   

Quelques faits en bref :  

  • Il y a plus de 4000 IAA au Nouveau-Brunswick, dont la moitié travaille dans les hôpitaux, le reste travaillant principalement dans des foyers de soins de longue durée et des foyers de soins spéciaux. La section locale 1252 du SCFP représente plus de 2000 IAA dans le système de santé du Nouveau-Brunswick.  
  • Il y a deux ans, le gouvernement a promis dans la convention collective de mener un processus d’évaluation conjointe des emplois, afin d’ajuster correctement la reconnaissance et les salaires des IAA dans les services aux patients. Le gouvernement actuel a bloqué le processus pour éviter de rémunérer équitablement les IAA
  • Il y a un besoin urgent d’IAA : Environ 200 sont diplômées chaque année au NB, mais plus de 800 prendront leur retraite au cours des 5 prochaines années. 
  • Au fil des ans, les exigences en matière de formation des IAA au NB ont augmenté : initialement, il s’agissait d’un programme de 12 mois, mais il est devenu un programme d’études de 18 mois en 2004 et a été porté à 24 mois en 2012

Entente provisoire

Une Entente provisoire a été conclue entre le Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick et l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick.

En raison des restrictions en vigueur, les détails de l’Entente provisoire demeureront confidentiels jusqu’à ce que l’Entente soit ratifiée par toutes les parties.  Nous travaillons actuellement sur un processus qui respectera les consignes émises par Santé publique.  Une fois ce processus finalisé, le président de la section locale sera avisé d’une date pour une réunion des présidents et  ensuite de la date prévue pour la ratification par les membres.

Tant que les membres n’auront pas eu l’occasion d’examiner et de voter sur l’acceptation de l’Entente provisoire, aucun détail ne sera communiqué.  Le Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick ne fera aucun commentaire sur le contenu de l’Entente.  

En toute solidarité,

L’Équipe de négociation du CSFSNB

COVID-19

MISE À JOUR 

À nos membres:

L’évolution rapide des préoccupations complexes entourant l’éclosion de coronavirus (COVID-19) est troublante et modifie la vie quotidienne et le fonctionnement des maisons de soins infirmiers. Les défis supplémentaires auxquels sont confrontés les travailleurs de foyers de soins pendant la crise du COVID-19 sont ardus, mais votre volonté de s’adapter et de lutter contre cette pandémie pour réduire la propagation tout en prodiguant des soins aux résidents est remarquable! Je suis fier des travailleurs des foyers de soins pour votre dévouement et votre engagement continus.

Négociations: Veuillez prendre note que le SCFP-Région des Maritimes a suspendu toutes les négociations, les réunions de négociation, les réunions des membres, les ratifications et les votes de grève pour concentrer les ressources du secteur public sur la crise du COVID-19. Le SCFP réévaluera le 3 avril.

Nous annulerons toutes les réunions et événements communautaires jusqu’à nouvel ordre. Quant à l’AGA du Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick prévue les 26, 27 et 28 mai, nous évaluerons la situation plus près de la date de décision.

Garde d’enfants: Les travailleurs des foyers de soins sont considérés comme des travailleurs essentiels. Les membres touchés par la fermeture des écoles et des garderies peuvent accéder aux services de garde en suivant le lien ci-dessous pour s’inscrire, et vous devriez vous attendre à recevoir une réponse dans un délai de deux à trois jours.
https://www.nbed.nb.ca/parentportal/en/
https://www.nbed.nb.ca/parentportal/fr/

Restez à jour: Il y a beaucoup d’incertitudes, et nous aimerions que nos membres sachent que la santé, la sécurité et le bien-être des membres et des résidents sont ce qui compte le plus pour nous! La situation est évaluée quotidiennement; par conséquent, les membres sont encouragés à se tenir à jour en visitant le lien suivant.
https://www2.gnb.ca/content/gnb/en/departments/ocmoh/cdc/content/respiratory_diseases/coronavirus.html
https://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/ministeres/bmhc/maladies_transmissibles/content/maladies_respiratoires/coronavirus.html

De plus, le SCFP publiera des mises à jour aux membres dès qu’elles seront disponibles sur le site Web du SCFP national à https://cupe.ca/search/COVID. Le SCFP vous recommande de vérifier régulièrement les mises à jour.

Même s’il ne faut pas paniquer, l’épidémie de coronavirus (COVID-19) ne doit pas être prise à la légère. Le gouvernement du N.-B. a pratiquement fermé la province, réduisant aux seuls services essentiels pour réduire l’exposition et les risques associés à COVID-19. Avant COVID-19, la plupart des foyers de soins peinaient quotidiennement à doter entièrement leurs installations. Maintenant, avec toutes les précautions supplémentaires, vous pouvez être dirigé ou tenté de ne pas suivre les recommandations de précaution VOUS AVEZ LE DROIT DE REFUSER LE TRAVAIL NON SÉCURITAIRE et la responsabilité d’assurer un environnement sûr pour les résidents. Veuillez ne pas compromettre votre santé ou celle de nos aînés.

Si vous avez des préoccupations au sujet des décisions ou des directives au cours des prochaines semaines, cela pourrait avoir une incidence sur votre travail et vos lieux de travail. Veuillez contacter votre représentant national du SCFP pour vous assurer que vos droits et avantages sont entièrement protégés.

Nous pouvons passer à travers cela, nous devons rester unis et forts et continuer à faire notre part pour nous garder mutuellement en sécurité et en bonne santé. Merci de votre patience et de votre soutien pendant que nous naviguons ensemble dans cette situation sans précédent.

En solidarité,

Entente de Principe

Consœurs et confrères

                Le 30 mai, votre équipe de négociation a conclu une entente de principe avec l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick. Nous présenterons l’entente à votre exécutif le 8 juin. Votre exécutif vous avisera de la date et de l’heure pour la présentation et le vote pour votre local bientôt.